Consommation d'énergie dans le secteur résidentiel

Photo of a house

Faits saillants

Entre 1990 et 2016 :
  • l’efficacité énergétique dans le secteur résidentiel s’est améliorée de 51 %, entraînant une réduction de 15 milliards de dollars de la facture d’énergie des Canadiens en 2016 – des économies mensuelles moyennes de 87 dollars par ménage;
  • la consommation d’énergie du secteur résidentiel a augmenté de 2,4 % en raison notamment du plus grand nombre de ménages (plus de 4,4 millions), de l’augmentation de la surface habitable, des appareils ménagers et des appareils électroniques, et de l’utilisation de la climatisation. Sans les améliorations de l’efficacité énergétique, cette hausse aurait été de 53 %;
  • l’efficacité énergétique a permis de réduire les émissions de GES de 30,2 Mt en 2016;
  • grâce à l’efficacité énergétique, la consommation d’énergie par ménage a diminué.

picture of a house  Aperçu

Residential infographic
Version textuelle

Principaux facteurs influençant la consommation résidentielle de l'énergie

1990 2016
Personnes par ménage 2.8 2.5
Surface habitable 122 m2 142 m2
Ménages 9.9 million 14.3 million
Appareils par ménage 15 22
Surface de plancher occupée climatisée 22 % 51 %

En 2016, la facture d’énergie des ménages canadiens s’élevait à 30,3 milliards de dollars. La majeure partie (85 %) de l'énergie était utilisée pour le chauffage des pièces et de l’eau. Les sources d’énergie les plus utilisées étaient le gaz naturel, l’électricité et le mazout de chauffage. Les autres sources d’énergie comprenaient le bois et le propane.

Version textuelle

Répartition de la consommation d'énergie dans le secteur résidentiel selon l'utilisation finale, 2016

Consommation d'énergie dans le secteur résidentiel Pourcentage
Chauffage des pièces 61
Chauffage de l'eau 19
Appareils ménagers 14
Éclairage 4
Climatisation des pièces 2

On constate au fil du temps une efficacité énergétique accrue pour tous les aspects de l’utilisation d’énergie dans le secteur résidentiel – conception des structures et équipement – menant à une baisse marquée de la consommation d’énergie par ménage et par unité de surface utile.

Version textuelle

Intensité énergétique du secteur résidentiel par ménage et surface de plancher, 1990-2016

Intensité énergétique par ménage (GJ/ménage) Intensité énergétique par surface de plancher (GJ/m2)
1990 144.0 1.18
1991 137.5 1.12
1992 137.5 1.11
1993 139.7 1.12
1994 140.8 1.12
1995 134.7 1.06
1996 139.7 1.10
1997 133.6 1.05
1998 123.1 0.96
1999 125.1 0.97
2000 128.0 0.99
2001 121.1 0.94
2002 125.3 0.96
2003 124.3 0.95
2004 122.5 0.93
2005 118.9 0.90
2006 113.1 0.85
2007 120.4 0.90
2008 119.1 0.88
2009 114.1 0.84
2010 111.4 0.81
2011 116.3 0.84
2012 110.0 0.79
2013 113.2 0.81
2014 115.4 0.82
2015 109.7 0.78
2016 101.9 0.72

picture of energy efficiency  Isolation de l’effet de l’efficacité énergétique

Sans les améliorations liées à l’efficacité énergétique, la consommation d’énergie du secteur aurait augmenté de 53 % au lieu de 2,4 %.

En apportant des ajustements liés à la croissance dans le secteur, aux changements dans la composition du secteur (nombre accru de maisons attenantes et d’appartements), aux appareils (y compris les appareils électroniques) et aux conditions météorologiques, nous pouvons isoler et mesurer l’effet de l’efficacité énergétique.

Version textuelle

Incidence de l'activité, de la structure, du niveau de service, des conditions météorologiques et de l'efficacité énergétique sur la variation de la consommation d'énergie dans le secteur résidentiel, 1990-2016

Pétajoules
Variation globale de la consommation d'énergie 33.6
Effet de l'activité 697.0
Effet de la structure -6.4
Effet du niveau de service 83.0
Effet des conditions météorologiques -18.6
Effet de l'efficacité énergétique -721.3
  • Effet de l’activité – Une augmentation de 44 % du nombre de ménages canadiens conjuguée à une surface habitable plus vaste et à une utilisation accrue de la climatisation a entraîné une augmentation de la consommation d’énergie chiffrée à 697,0 PJ et des émissions de GES de 29,2 Mt.
  • Effet de la structure – De légers changements dans la structure ont entraîné une diminution de la consommation d’énergie de 6,4 PJ et des émissions de GES de 0,3 Mt.
  • Effet du niveau de service – Une augmentation du nombre d’appareils, y compris des appareils électroniques (p. ex. ordinateurs, consoles de jeu vidéo et systèmes audiovisuels domestiques) a entraîné une augmentation de la consommation d’énergie de 83 PJ et des émissions de GES de 3,5 Mt.
  • Effet des conditions météorologiques – En 2016, l’hiver a été moins froid que l’hiver 1990, et l’été a été plus chaud, ce qui s’est traduit par une diminution de la consommation d’énergie de 18,6 PJ et par une réduction des émissions de GES d’environ 0,8 Mt.
  • Effet de l’efficacité énergétique – L’amélioration de 51 % de l’efficacité énergétique a permis de réduire la consommation d’énergie de 721 PJ, la facture d’énergie de 4,3 milliards de dollars et les émissions de GES de 30,2 Mt.

Les économies de 721 PJ découlant de l’efficacité énergétique ont plus que compensé l’incidence de l'augmentation du nombre de ménages (effet de l’activité) et du nombre d’appareils par ménage (effet du niveau de service).

Version textuelle

Consommation d'énergie dans le secteur résidentiel, tenant compte ou non de l'amélioration de l'efficacité énergétique, 1990-2016

Consommation d'énergie ne tenant pas compte de l'amélioration de l'efficacité énergétique Consommation d'énergie tenant compte de l'amélioration de l'efficacité énergétique
1990 1424.6 1424.6
1991 1485.8 1400.5
1992 1574.0 1424.5
1993 1632.0 1474.5
1994 1641.1 1508.6
1995 1680.7 1468.4
1996 1759.0 1546.2
1997 1730.6 1493.4
1998 1616.1 1393.9
1999 1686.5 1435.1
2000 1788.9 1491.2
2001 1748.7 1433.1
2002 1844.7 1504.8
2003 1900.0 1514.4
2004 1915.2 1516.1
2005 1934.4 1496.3
2006 1893.3 1443.2
2007 2008.4 1563.0
2008 2051.1 1567.3
2009 2089.4 1530.3
2010 2018.7 1489.7
2011 2083.3 1575.7
2012 2042.7 1508.3
2013 2145.8 1569.0
2014 2218.8 1614.7
2015 2180.3 1551.2
2016 2179.5 1458.2

picture of space heating

Chauffage des pièces – la plus grande utilisation de l’énergie dans une habitation

Le gaz naturel représente près de la moitié (47 %) des sources d’énergie utilisées pour le chauffage résidentiel. Ce fait, combiné au virage vers des générateurs d’air chaud à haut rendement (représentant actuellement 30 % du stock d’équipement comparativement à 3 % en 1990), a contribué à l’amélioration notable de l’efficacité énergétique dans le secteur.

Le secteur a également connu une grande amélioration sur le plan de l’isolation et de l’étanchéisation de l’enveloppe du bâtiment ainsi que de la gestion de la consommation d’énergie grâce aux mesures suivantes :
  • l'installation de portes avec coupe-bise et de fenêtres à double vitrage;
  • le resserrement des exigences en matière d’étanchéisation à l’air;
  • le maintien des sous-sols, murs, plafonds et combles isolés;
  • l'utilisation de thermostats programmables.





Version textuelle

Consommation d'énergie pour le chauffage des pièces selon la source d'énergie, 2016

Fuel type Pourcentage
Gaz naturel 47
Électricité 26
Bois 19
Mazout 6
Autres 2
L’intensité énergétique du chauffage des pièces s’est améliorée de 45,0 % entre 1990 et 2016.
Version textuelle

Intensité énergétique du chauffage des pièces et indice de degrés-jours de chauffage, 1990-2016

Intensité énergétique du chauffage des pièces Indice de degrés-jours de chauffage
1990 0.79 0.92
1991 0.75 0.93
1992 0.75 0.99
1993 0.77 1.01
1994 0.76 0.98
1995 0.72 0.98
1996 0.76 1.04
1997 0.70 0.98
1998 0.62 0.84
1999 0.63 0.88
2000 0.65 0.96
2001 0.59 0.88
2002 0.62 0.93
2003 0.61 0.96
2004 0.60 0.95
2005 0.57 0.92
2006 0.52 0.85
2007 0.57 0.93
2008 0.56 0.95
2009 0.54 0.96
2010 0.50 0.87
2011 0.52 0.90
2012 0.48 0.84
2013 0.50 0.93
2014 0.52 0.98
2015 0.48 0.92
2016 0.44 0.89

picture of Chauffage de l'eau  Chauffage de l'eau - la deuxième plus grande utilisation de l’énergie dans une habitation

Un délaissement des chauffe-eau au mazout pour des appareils plus écoénergétiques au gaz naturel et des normes d’efficacité énergétique plus rigoureuses pour tous les chauffe-eau ont permis de réduire la quantité d’énergie requise par ménage pour chauffer l’eau. Les Canadiens ont également diminué leur consommation d’énergie en adoptant des pratiques écoénergétiques, notamment :

  • le recours à des chauffe-eau sans réservoir;
  • l'installation de dispositifs à faible débit sur les pommes de douche et les robinets;
  • l'utilisation des lave-vaisselle et des laveuses à pleine charge;
  • l'utilisation de l’eau froide.
Version textuelle

Consommation d'énergie pour le chauffage de l'eau selon la source d'énergie, 1990 et 2016 (pétajoules)

1990 2016
Électricité 76.3 75.7
Gaz naturel 128.9 192.3
Mazout 20.0 8.5
Autres* 3.7 1.7
Bois 1.9 6.1
*La catégorie « Autres » comprend le charbon et le propane.

La consommation d’énergie associée au chauffage de l’eau dans le secteur résidentiel a augmenté, passant de 230,8 PJ en 1990 à 284,3 PJ en 2016, l’amélioration de l’intensité énergétique ayant été contrecarrée par l’incidence de l’augmentation du nombre de ménages.

picture of appliances  Appareils ménagers - davantage d’appareils, plus grande efficacité

L’introduction de normes minimales de rendement énergétique en vertu de la Loi sur l’efficacité énergétique a grandement contribué à l’amélioration marquée de l’efficacité énergétique des gros appareils ménagers et des appareils électroniques utilisés à la maison.

En dépit de l’amélioration de l’efficacité énergétique de tous les appareils, l’économie d’énergie, en termes absolus, a été contrecarrée par une hausse de la consommation d’énergie des petits appareils, comme les produits électroniques.

Version textuelle

Consommation d'énergie dans le secteur résidentiel et indice des stocks d'appareils ménagers selon le type d'appareil, 1990 et 2016

1990 2016
Consommation d'énergie des gros appareils ménagers 148.5 111.4
Consommation d'énergie des petits appareils ménagers 28.3 87.0
Indice des stocks des gros appareils ménagers 1.0 1.6
Indice des stocks des petits appareils ménagers 1.0 2.4

Utilisation des gros appareils ménagers – moins grande puissance, plus haute efficacité
Un lave-vaisselle acheté en 2016 est presque trois fois plus écoénergétique qu’un appareil fabriqué en 1990; un réfrigérateur acheté en 2016 nécessite moins de la moitié de l'énergie requise par un réfrigérateur produit en 1990. Alors que le nombre de gros appareils ménagers utilisés par les ménages a augmenté de 59 %, leur consommation d’énergie a diminué de 25 %.
Version textuelle

Consommation d'énergie unitaire des gros appareils ménagers neufs, 1990 et 2016

1990 2016
Réfrigérateur 956 437
Congélateur 714 315
Lave-vaisselle 277 72
Cuisinière électrique 772 546
Laveuse 134 31
Sécheuse électrique 1103 923

Utilisation des petits appareils ménagers – le nombre accru d’unités contrecarre les gains d’efficacité énergétique
La consommation d’énergie des plus petits appareils, comme les téléviseurs, les ordinateurs et les téléphones cellulaires, a plus que triplé au cours des 20 dernières années.

L’accès à Internet à la maison et le nombre de gadgets électroniques (téléphones intelligents, consoles de jeu vidéo et tablettes) par ménage ont explosé entre 1990 et 2016. Le nombre moyen de gadgets par personne, qui était de beaucoup inférieur à un, est passé de deux en 2012 à trois en 2016. À titre d’exemple, mentionnons les consoles de jeu vidéo dont le nombre est passé de moins de 4 000 en 1990 à 8,2 millions en 2016.

L’augmentation de la consommation d’énergie des petits appareils de près de 60 PJ a contrecarré dans une certaine mesure la diminution de 37 PJ des gros appareils ménagers.

picture of Climatisation des pièces  Climatisation des pièces – changements climatiques et hausse des besoins en climatisation

Entre 1990 et 2016, l’énergie utilisée pour climatiser les habitations canadiennes a augmenté de 10 PJ à 37 PJ. La consommation d’énergie accrue pour la climatisation des pièces aurait été plus marquée sans les climatiseurs individuels et centraux écoénergétiques.

En plus de la hausse du nombre et de la taille des ménages, davantage de Canadiens ont des climatiseurs dans leur logement. Toutefois, les mesures suivantes ont contribué à contrecarrer en partie cette consommation d’énergie :

  • utilisation de climatiseurs individuels et centraux certifiés ENERGY STAR;
  • utilisation de thermostats programmables.
Version textuelle

Stock des appareils de climatisation et consommation d'énergie, 1990-2016

Stock des appareils Consommation d'énergie
1990 1.0 1.0
1991 1.1 1.4
1992 1.1 0.5
1993 1.1 1.0
1994 1.2 1.0
1995 1.2 1.3
1996 1.3 1.0
1997 1.5 1.1
1998 1.5 1.7
1999 1.6 2.0
2000 1.7 1.3
2001 1.8 2.2
2002 1.9 2.7
2003 2.0 2.1
2004 2.1 1.6
2005 2.3 3.2
2006 2.5 2.5
2007 2.6 2.6
2008 2.7 2.0
2009 2.7 1.7
2010 2.8 3.2
2011 2.9 3.2
2012 2.9 3.5
2013 3.0 2.5
2014 3.0 2.3
2015 3.1 2.9
2016 3.2 3.7

Comparativement à 1990, le stock de climatiseurs individuels et centraux en 2016 était de 67 et de 40 % plus écoénergétique.

picture of lighting  Éclairage – l’efficacité énergétique des ampoules compense leur utilisation accrue

L’utilisation accrue des ampoules écoénergétiques, comme les DEL (diodes électroluminescentes), a entraîné une baisse de la consommation d’énergie des ménages pour l’éclairage.

En dépit d’une forte hausse du nombre total de ménages entre 1990 et 2016, la consommation d’énergie des appareils d’éclairage par ménage a chuté de 25 %, passant de 5,0 à 3,7 gigajoules (GJ) par ménage grâce aux pratiques suivantes :

  • l'utilisation des ampoules DEL;
  • le recours aux appareils d’éclairage extérieur dotés de détecteurs de présence;
  • l'utilisation des minuteries pour les lumières des Fêtes;
  • en éteingnant les appareils d’éclairage non requis;
  • l'utilisation des appareils d’éclairage directs au lieu d’appareils de plafond;
  • en choisissant des ampoules dont l’intensité convient aux activités menées dans la pièce/l’aire;
  • l'utilisation des interrupteurs multiples et des gradateurs de lumière.
Version textuelle

Nombre total d'ampoules au Canada selon le type et le nombre d'ampoules par ménage, 2016

Nombre total d'ampoules Nombre d'ampoules par ménage
Incandescence 243,047,033 17.0
LFC 100,009,748 7.0
Halogène 40,621,386 2.8
Fluorescente 27,181,240 1.9
DEL 47,177,425 3.3
Total 458,036,833 32.0