Consommation d'énergie dans le secteur commercial et institutionnel

Photo of a house

Faits saillants

Entre 1990 et 2016 :
  • l’efficacité énergétique dans le secteur commercial et institutionnel s’est améliorée de 24 %, permettant aux Canadiens de réduire leur consommation d’énergie de 179,6 PJ, soit des économies de 4,3 milliards de dollars en 2016;
  • l’intensité énergétique (GJ/m2) a diminué de 9 %;
  • la consommation d’énergie a augmenté de 34 %. Elle aurait connu une hausse de 58 % sans les améliorations de l’efficacité énergétique.
Les mesures d’amélioration de l’efficacité énergétique apportées dans le secteur comprennent des changements à l’enveloppe thermique des bâtiments (isolation, fenêtres, etc.) et le rendement accru des divers appareils consommateurs d’énergie utilisés dans les bâtiments commerciaux et institutionnels, notamment les générateurs d’air chaud, l’équipement auxiliaire et les appareils d’éclairage.

 Aperçu – Consommation d’énergie et émissions de GES

Commercial infographic
Version textuelle

Commercial/institutional energy indicators

1990 2016
Surface de plancher 509.9 millions de m2 750.1 millions de m2
Équipements auxiliaires et électroniques 54 PJ 144 PJ
Employés 9 millions 13 millions
PIB 553 milliards de dollars ($ de 2007) 1 116 milliards de dollars ($ de 2007)

Les principales activités du secteur commercial et institutionnel ont trait au commerce, aux finances, à l’immobilier, aux administrations publiques, à l’éducation et aux services commerciaux. Ces activités ont été regroupées en 10 sous-secteurs aux fins d’établissement de rapport.

Les propriétaires d’entreprises commerciales et d’établissements institutionnels ont dépensé 23,7 milliards de dollars en énergie en 2016 pour procurer des services aux Canadiens. Les bureaux, le commerce de détail et les services d’enseignement représentaient environ 70 % de la surface de plancher totale du secteur, laquelle était estimée à 750,1 millions de mètres carrés en 2016.

L’énergie servait à diverses fins, notamment au chauffage des locaux, à la climatisation, à l’éclairage et au chauffage de l’eau, ainsi qu’au fonctionnement de l’équipement auxiliaire (p. ex. les ordinateurs et l’équipement médical) et des moteurs auxiliaires (p. ex. les systèmes d’alimentation de secours). Le chauffage des locaux représentait la plus grande part de la consommation d’énergie, soit environ 55 %, suivi de l’équipement auxiliaire, avec 14 %.

Version textuelle

Consommation d'énergie dans le secteur commercial et institutionnel selon l'utilisation finale, 2016

Consommation d'énergie dans le secteur commercial et institutionnel Pourcentage
Chauffage des locaux 54.8
Équipement auxiliaire 14.4
Éclairage 10.8
Chauffage de l'eau 7.9
Moteurs auxiliaires 5.5
Climatisation des locaux 5.8
Éclairage des voies publiques 0.7

  Isolation de l’effet de l’efficacité énergétique

Sans les améliorations de l’efficacité énergétique, la consommation d’énergie aurait augmenté de 58 % au lieu de 34 %.

L’analyse de factorisation tient compte des effets de l’activité, de la structure, des conditions météorologiques, du niveau de service et de l’efficacité énergétique sur la variation de la consommation d’énergie du secteur commercial et institutionnel.

Version textuelle

Incidence de l'activité, de la structure, des conditions météorologiques, du niveau de service et de l'efficacité énergétique sur la variation de la consommation d'énergie dans le secteur commercial et institutionnel, 1990-2016

Pétajoules
Variation globale de la consommation d'énergie 251.8
Effet de l'activité 340.7
Effet de la structure 5.4
Effet des conditions météorologiques -3.4
Effet du niveau de service* 90.5
Effet de l'efficacité énergétique -179.6
Autres** -1.8
* L'effet du niveau de service désigne l'utilisation accrue de l'équipement auxiliaire et de l'équipement de bureau.
** La catégorie « Autres » fait référence à l'éclairage des voies publiques, qui est compris dans la consommation totale d'énergie mais est exclu des résultats de l'analyse de factorisation.

  • Effet de l’activité – Une hausse de 47 % de la surface de plancher a mené à une augmentation de 340,7 PJ de la consommation d’énergie et de 15,2 Mt des émissions de GES.
  • Effet de la structure – Une légère augmentation du pourcentage de bâtiments qui ont utilisé davantage d’énergie par mètre carré de surface de plancher, notamment des bureaux et des services de santé, s’est traduite par une augmentation de 5,4 PJ, ce qui a eu un effet marginal sur les émissions de GES (0,2 Mt).
  • Effet des conditions météorologiques – En 2016, l’hiver a été moins froid que l’hiver 1990, et l’été a été plus chaud, ce qui s’est traduit par une diminution nette de la consommation d’énergie de 3,4 PJ et par une réduction des émissions de GES de 0,2 Mt.
  • Effet du niveau de service – Une augmentation du nombre d’équipement auxiliaire (p. ex. ordinateurs, télécopieurs et photocopieurs) a entraîné une hausse de 90,5 PJ de la consommation d’énergie et de 4,0 Mt des émissions de GES.
  • Effet de l’efficacité énergétique – L’amélioration de 24 % de l’efficacité énergétique a permis de réduire la consommation d’énergie de 179,6 PJ, la facture d’énergie de 4,3 milliards de dollars et les émissions de GES de 8,0 Mt.
Version textuelle

Consommation d'énergie dans le secteur commercial et institutionnel, tenant compte ou non de l'amélioration de l'efficacité énergétique, 1990-2016 (pétajoules)

Consommation d'énergie ne tenant pas compte de l'amélioration de l'efficacité énergétique Consommation d'énergie tenant compte de l'amélioration de l'efficacité énergétique
1990 736.6 736.6
1991 769.5 757.2
1992 792.1 776.7
1993 827.9 807.6
1994 835.3 798.9
1995 852.9 832.6
1996 887.7 829.8
1997 873.7 856.1
1998 850.5 802.9
1999 885.4 843.0
2000 925.0 925.0
2001 915.3 906.1
2002 972.2 963.1
2003 994.1 994.1
2004 991.0 974.1
2005 1023.9 948.8
2006 1010.3 895.0
2007 1061.0 940.2
2008 1081.1 947.4
2009 1101.2 941.0
2010 1095.3 928.4
2011 1119.0 974.5
2012 1117.1 939.3
2013 1150.9 960.9
2014 1180.1 1012.9
2015 1167.5 1000.4
2016 1169.8 990.3

  Consommation d’énergie

En 2016, la consommation d’énergie dans le secteur s’élevait à 997,4 PJ, soit environ 68 % de la consommation d’énergie dans le secteur résidentiel.

Entre 1990 et 2016, la consommation d’énergie totale du secteur commercial et institutionnel (incluant l’éclairage des voies publiques) a augmenté de 34 %, passant de 745,6 à 997,4 PJ. Au cours de la même période, la contribution du secteur au PIB s’est accrue de près de 102 % et la surface de plancher de 47 %. Les émissions de GES liées à la consommation d’énergie du secteur, y compris les émissions liées à l’électricité, ont augmenté d’environ 9 %.

En 2016, le gaz naturel et l’électricité étaient les principales sources d’énergie utilisées dans le secteur, représentant respectivement 52 et 42 % de la consommation d’énergie totale. L’électricité était utilisée principalement pour l’éclairage et la climatisation ainsi que pour l’équipement et les moteurs auxiliaires, alors que le gaz naturel et les autres combustibles servaient principalement au chauffage des locaux et de l’eau. Le gaz naturel et le propane étaient également utilisés, dans une plus petite proportion, pour alimenter l’équipement auxiliaire, comme les fours (propane) et les systèmes de climatisation (gaz naturel).

Version textuelle

Consommation d'énergie dans le secteur commercial et institutionnel selon la source d'énergie et la surface de plancher, 1990 et 2016 (pétajoules)

1990 2016
Électricité 268.6 416.5
Gaz naturel 387.1 513.9
Mazout léger et kérosène 62.0 24.2
Mazouts lourds 11.4 1.9
Vapeur 0.2 2.0
Autres* 16.3 38.9
Surface de plancher (millions de m2) 509.9 750.1
*La catégorie « Autres » comprend le charbon et le propane.

L’expansion rapide des nouvelles technologies électroniques depuis 1990 a accru l’utilisation de l’équipement dans tous les sous-secteurs commerciaux et institutionnels au Canada.

Le chauffage des locaux continue d’être la principale utilisation finale du secteur, représentant approximativement 55 % de l’augmentation totale de la consommation d’énergie. Toutefois, l’équipement auxiliaire a connu la plus forte hausse de la consommation d’énergie (165 %) notamment en raison de l’informatisation accrue de tous les milieux de travail. L’énergie utilisée par l’équipement auxiliaire a entraîné une hausse de 36 % de la consommation d’énergie totale du secteur.

Version textuelle

Consommation d'énergie dans le secteur commercial et institutionnel selon l'utilisation finale, 1990 et 2016 (pétajoules)

1990 2016
Chauffage des locaux 449.9 547.1
Équipement auxiliaire 54.3 144.1
Éclairage 84.0 107.4
Moteurs auxiliaires 60.4 54.6
Chauffage de l'eau 57.7 79.0
Climatisation des locaux 30.3 58.1
Éclairage des voies publiques 8.9 7.1

Près de la moitié de la hausse de la demande d’énergie dans le secteur est attribuable aux activités liées à l’exploitation de bureaux.

Les bureaux représentaient la plus grande part de la consommation d’énergie en 2016 (35 %). Ce sous-secteur englobe les administrations publiques et les activités liées aux finances et aux assurances; l’immobilier et les services de location et de location à bail; les services professionnels, scientifiques et techniques; et les autres types de bureaux. Le commerce de détail et les services d’enseignement suivaient avec 16 et 13 %, respectivement.

Version textuelle

Consommation d'énergie dans le secteur commercial et institutionnel selon le type d'activité, 1990 et 2016 (petajoules)

1990 2016
Bureaux 234.5 348.8
Commerce de détail 123.0 160.1
Services d'enseignement 95.7 129.4
Soins de santé et assistance sociale 83.0 119.3
Hébergement et services de restauration 54.9 77.8
Commerce de gros 53.2 56.0
Transport et entreposage 45.1 37.3
Autres services 16.5 15.7
Arts, spectacles et loisirs 16.5 25.0
Industrie de l'information et industrie culturelle 14.2 20.9

En 2016, le secteur commercial et institutionnel du Canada employait 13 millions de personnes1.

Plusieurs facteurs ont contribué à la croissance de la consommation d’énergie du secteur commercial et institutionnel, y compris la surface de plancher, le PIB et le nombre d’employés.

Des gains ont été réalisés sur le plan de l’efficacité énergétique en ce qui a trait à la consommation d’énergie totale utilisée par surface de plancher. Cependant, cette amélioration a été contrecarrée par la hausse des besoins énergétiques de l’équipement auxiliaire. Au cours de la période à l’étude, on observe non seulement une hausse globale de l’informatisation en milieu de travail, mais aussi une augmentation du nombre réel d’appareils requis par employé.

  Intensité énergétique

Le secteur dans son ensemble a connu une baisse de 9 % de l'intensité énergétique définie comme la consommation d’énergie par unité de surface de plancher (GJ/m2). Toutefois, le secteur a réduit son intensité énergétique de 34 % lorsque cette dernière est mesurée en fonction de l’activité économique (PJ/$PIB). Les services de santé, d’hébergement et de restauration étaient les activités consommant le plus d’énergie, notamment en raison de la nature énergivore de ces activités (restaurants, blanchisserie) et des services (heures d’ouverture prolongées), ainsi que de l’utilisation de nouvelles technologies, ce qui entraîne la prolifération du nombre d’appareils électroniques.


  1. Le secteur commercial et institutionnel englobe toutes les industries produisant des services au Canada, Système de classification des industries de l’Amérique du Nord (SCIAN), 41-91.