Ressources naturelles Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Liens de l'Office de l'efficacité énergétique

 

Résidentiel - Personnel

Menu

Systèmes hydroniques – électriques

Un système de chauffage hydronique fait circuler l'eau chaude pour chauffer la maison; ses trois principales composantes sont les suivantes :

  • une chaudière pour chauffer l'eau
  • des appareils de chauffage – généralement des plinthes ou des radiateurs – dans la plupart des pièces, souvent posés contre un mur extérieur
  • une pompe pour faire circuler l'eau de la chaudière aux radiateurs et assurer le retour par la tuyauterie.

Chaudière d'un système hydronique

La chaudière électrique est de dimensions compactes. Les éléments chauffants sont directement immergés dans l'eau (comme dans une bouilloire électrique). Si vous disposez de peu d'espace, vous pouvez la placer sur un mur du sous-sol, dans un placard ou sous les armoires de cuisine, ou même la suspendre aux solives du sous-sol.

Optimiser l’efficacité des systèmes hydroniques

Il y a plusieurs façons d'améliorer l'efficacité des systèmes de chauffage hydroniques.

Améliorer la distribution de chaleur

Les anciens systèmes de chauffage à gravité, dont l’eau ou la vapeur circulait dans la maison par convection naturelle, sont moins efficaces que les systèmes équipés d’une pompe de circulation. De fait, une circulation lente de l’eau chaude peut entraîner des fluctuations importantes de la température entre deux périodes de combustion. De plus, comme dans tout système hydronique, lorsqu’on a abaissé le thermostat pour la nuit, il faut parfois à ces appareils beaucoup de temps pour réchauffer la maison le matin. En outre, un système à gravité ne peut pas faire circuler de l’eau chaude dans les radiateurs ou les plinthes chauffantes des pièces habitées au sous sol, car ces appareils sont en dessous du niveau de la chaudière. On peut éliminer tous ces problèmes en ajoutant une pompe de circulation et en remplaçant le réservoir de dilation ouvert par un modèle scellé et pressurisé, placé près de la chaudière. Si vous avez un système à gravité, discutez de la possibilité de l'améliorer avec votre entrepreneur en plomberie et chauffage

Équilibrer la distribution de chaleur

Soupape manuelle Équilibrer la chaleur distribuée aux différentes parties de la maison est tout aussi important dans le cas du chauffage hydronique que dans celui du chauffage à air pulsé. Les radiateurs sont souvent équipés d'une simple soupape manuelle permettant de régler le débit d'eau qui les traverse. Tout comme les clapets d'équilibrage des systèmes à air chaud pulsé, ces soupapes peuvent servir à commander la quantité de chaleur fournie aux différentes pièces de la maison.

Soupape automatique Une soupape thermostatique (figure 6) peut faire varier automatiquement la quantité de chaleur fournie et être réglée pour contrôler la température de chaque pièce. Toutefois, on ne peut pas utiliser cette soupape si les radiateurs ou les plinthes chauffantes sont raccordés selon un système de « boucles en série », comme on les appelle. Dans ce type de circuit, l'eau doit traverser successivement tous les radiateurs avant de retourner à la chaudière. S’il y a plus d’une boucle, on peut équilibrer un peu mieux la distribution de chaleur en réglant les soupapes qui commandent le débit d’eau de chacune des boucles. On peut aussi commander, dans une certaine mesure, la chaleur dégagée par une plinthe chauffante en réglant le registre intégré, dont le fonctionnement est assez semblable à celui d’un registre d’air chaud.

Contrôle de zone Vous pouvez réduire la consommation d’énergie d’un système hydronique grâce au contrôle de zone. Dans ce dispositif, des soupapes contrôlées par un thermostat sur chaque radiateur règlent la température de chaque pièce. Un entrepreneur en plomberie et chauffage peut vous fournir plus de renseignements au sujet du contrôle de zone et mettre en place le matériel requis à l’installation du système de chauffage.

Régulateur extérieur de mise en marche La température de la chaudière des systèmes hydroniques classiques est généralement réglée à 82 °C (180 °F). Afin de réduire la consommation d’énergie, certains systèmes hydroniques sont munis d’un régulateur qui modifie la température de l’eau qui circule dans le système en fonction de la température extérieure. Plus cette dernière augmente, plus la température de l’eau qui circule est réduite.

Toutefois, si la température de l’eau de retour est trop froide, cela peut causer un choc thermique ou encore de la corrosion. Avant d’ajouter un de ces dispositifs à votre système, consultez votre entrepreneur en plomberie et chauffage pour vous assurer qu’il est compatible avec votre chaudière et que le système de distribution fonctionnera de façon efficace à température plus basse.

Thermostats

La façon la plus facile de réduire vos frais de chauffage consiste à abaisser, chaque fois que c'est possible, la température de la maison.

Thermostat automatique programmable le fera automatiquement. Ces appareils sont dotés d'une minuterie mécanique ou électronique, qui permet de régler automatiquement la température de la maison à des moments prédéterminés. Vous économiserez en moyenne 2 p. 100 en frais de chauffage chaque fois que vous abaissez le thermostat de 1 oC la nuit.

Vous pouvez programmer votre thermostat de façon à baisser le chauffage peu de temps avant l’heure du coucher et à l’augmenter avant l’heure du lever. Avec un tel thermostat, la température peut être automatiquement abaissée le jour, alors que la maison est inoccupée, et augmentée peu avant votre retour. À titre d’exemple, les températures pourraient être réglées à 17 ºC (63 ºF) lorsque vous dormez ou êtes absents de la maison et à 20 ºC (68 ºF) dans le cas contraire.

Les thermostats programmables homologués ENERGY STAR permettent de réduire à seulement 0,5 °C à 1 °C (0,9 °F à 1,8 °F) les fluctuations de la température ambiante, qui sont en moyenne de 1,5 °C à 2 °C (2,7 °F à 3,6 °F). Ils veillent à ce que le système de chauffage s’allume et s’éteigne aussi près que possible des températures de consigne. Ces mécanismes perfectionnés permettent de réaliser des économies d’énergie variables, mais ils assurent généralement un confort accru.