Ressources naturelles Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Liens de l'Office de l'efficacité énergétique

 

L'Office de l'efficacité énergétique

Menu

Enquête 2005 sur les véhicules au Canada, Rapport sommaire

Il s'agit d'une version archivée de ce rapport.
Veuillez vous référer à la dernière version du Rapport sommaire,
Enquête 2007 sur les véhicules au Canada.

Version PDF
Suivant Table des matières

Résultats clés

Les estimations suivantes ont été produites à partir des données de 2005 de l'Enquête sur les véhicules au Canada :

  • On comptait en 2005 approximativement 18 millions de véhicules légers, 320 500 camions moyens et 295 000 camions lourds faisant partie du champ de l'EVC, pour un total d'environ 18,6 millions de véhicules circulant sur les routes du Canada.

  • Ces véhicules ont parcouru approximativement 315,3 milliards de véhicules-km et 525,7 milliards de passagers-km en 2005. Ces totaux semblent représenter des hausses d'environ 2 p. 100 et 10 p. 100 par rapport à l'an 2000.

  • En 2005, environ 29,5 milliards de litres d'essence et 10 milliards de litres de diesel ont été consommés par les véhicules routiers au Canada.

  • Les taux moyens de consommation d'essence des véhicules légers et des camions moyens étaient respectivement de 10,6 litres aux 100 km (L/100 km) et de 26,5 L/100 km en 2005. Les taux de consommation de diesel des camions moyens et lourds étaient respectivement de 26,6 L/100 km et de 35,1 L/100 km.

  • Une analyse trimestrielle démontre que le rendement énergétique des véhicules serait meilleur lors des mois les plus chauds de l'année. L'importante hausse du prix de l'essence à la fin de l'été 2005 semble par ailleurs coïncider avec un changement dans les comportements des conducteurs et de la consommation de carburant et ce, même si les variations affectant les prix des carburants n'ont généralement que très peu d'influence à court terme sur les conducteurs. Toutefois, parce que les données sur la consommation de carburant ne sont disponibles que pour huit trimestres consécutifs et qu'il faut garder en tête les limites caractérisant la précision des résultats, il est pour l'instant impossible de démontrer avec certitude qu'il existe une relation entre la hausse des prix à la pompe et un changement de comportement des conducteurs.

  • L'importance des camions légers dans le parc des véhicules légers semble s'être accrue depuis l'année 2000.

  • Les données de l'EVC indiquent que la consommation de carburant en L/100 km des camions légers est plus grande que celle des voitures de tourisme.

  • Même si « les véhicules les plus récents ont tendance à être plus éconergétiques que les modèles plus anciens »³, l'âge des véhicules légers a relativement peu d'impact sur la consommation d'essence en L/100 km. À l'inverse, l'âge des véhicules lourds semble avoir une influence sur le taux de consommation de diesel.

  • Selon les résultats de l'EVC, la configuration des véhicules lourds et leur type d'activité pourrait avoir un impact sur le taux de consommation de diesel. Ainsi, concernant le type d'activité, un camion lourd opéré par une compagnie de transport pour compte d'autrui consomme environ 34,0 L/100 km par rapport à 37,3 L/100 km dans le cas du transport pour compte propre. Les chauffeurs contractants présentent également un meilleur rendement énergétique avec une consommation de diesel de 35,8 L/100 km.

  • Les résultats de l'EVC indiquent que la consommation de carburant en L/100 km est meilleure sur les voies à circulation rapide et ce, pour toutes les catégories de véhicules. Dans le même ordre d'idées, les véhicules présentent une meilleure économie de carburant lorsque les déplacements s'effectuent sur de longues distances.

  • L'âge et le sexe du conducteur ne semblent pas avoir d'impact sur le rendement énergétique des véhicules à essence.

Limites à l'analyse des résultats

L'Enquête sur les véhicules au Canada n'est pas un recensement. Malgré tous les efforts que Statistique Canada déploie pour maintenir une norme de qualité élevée durant les différentes phases de l'enquête, les estimations qui en résultent sont inévitablement sujettes à un certain degré d'erreur. C'est d'ailleurs le cas dans toutes les enquêtes.

La qualité des estimations présentées dans ce rapport est spécifiée par des indicateurs. Bien que les données de l'EVC soient généralement de bonne qualité, il faut demeurer prudent quant à l'analyse qu'on en fait et garder en mémoire que la valeur réelle se situe probablement à l'intérieur d'un intervalle de confiance autour de l'estimation de l'enquête.

L'annexe A présente une discussion sur les sources d'erreurs susceptibles d'affecter la qualité des estimations et sur les limites à l'analyse des résultats.

³ OEE, oee.rncan.gc.ca/transports/personnel/achat/vehicule-choix-conseils.cfm .

Précédent      Table des matières      Suivant