Enquête sur la consommation industrielle d’énergie (CIE) - Rapport statistique sur la consommation d’énergie dans le secteur manufacturier canadien de 1995 à 2014

Chaque année, Statistique Canada mène l’Enquête sur la consommation industrielle d’énergie (CIE). Cette enquête, qui est coparrainée par l’Office de l’efficacité énergétique (OEE) de Ressources naturelles Canada (RNCan) et Environnement et Changement climatique Canada (ECCC), collecte des données sur l’utilisation de l’énergie des établissements du secteur manufacturier du Canada. L’enquête est un outil essentiel pour surveiller l’évolution de la consommation d’énergie dans les industries manufacturières et contribue à l’exécution d’une partie du mandat de l’OEE, qui consiste à renforcer et à élargir l’engagement du Canada à l’égard de l’efficacité énergétique.

Le présent rapport statistique examine les habitudes d’utilisation de l’énergie dans le secteur manufacturier du Canada à l’aide des résultats de l’enquête sur la CIE de 2014. Les estimations reposent sur le Système de classification des industries de l’Amérique du Nord (SCIAN) et couvrent tous les 21 sous-secteurs manufacturiers (SCIAN 31 à 33)1.

Le secteur manufacturier compte 21 sous-secteurs, mais sept sous-secteurs représentaient presque 91 p. 100 de toute la consommation d’énergie du secteur en 2014. Ces sous-secteurs (par ordre d’importance de leur consommation d’énergie) sont les suivants :

  • Fabrication du papier (24,0 p. 100)
  • Première transformation des métaux (21,7 p. 100)
  • Fabrication de produits chimiques (14,5 p. 100)
  • Fabrication de produits du pétrole et du charbon (13,9 p. 100)
  • Fabrication de produits en bois (7,0 p. 100)
  • Fabrication d’aliments (5,2 p. 100)
  • Fabrication de produits minéraux non métalliques (4,5 p. 100)

Réduction continue de l’intensité énergétique de la fabrication en 2014

Après une brève pause au cours de la récession de 2008-2009, l’intensité énergétique de la fabrication a continué de diminuer et, en 2014, était environ 7 p. 100 en dessous du sommet atteint avant la récession. À plus long terme, l’intensité a diminué de 27 p. 100 depuis 1995, soit une baisse absolue de 315 pétajoules (PJ) de l’utilisation de l’énergie du secteur, ce qui est légèrement plus élevé que la consommation d’énergie pour le chauffage des locaux dans tous les logements résidentiels du Québec et des provinces de l’Atlantique en 20132.

La fabrication du papier, sous-secteur ayant l’utilisation de l’énergie la plus élevée par unité du produit intérieur brut (PIB), a connu un recul de la production (PIB) de 21,5 p. 100 entre 1995 et 2014, repondérant l’activité de fabrication vers des industries à moins forte intensité énergétique. Cette repondération, combinée à l’amélioration dans d’autres sous- secteurs à forte intensité énergétique, a entraîné une réduction globale de l’intensité énergétique de la fabrication, qui est passée de 17,2 mégajoules par dollar du PIB (MJ/$ PIB) en 1995 à 12,6 MJ/$ PIB en 2014.

Cette tendance en matière d’amélioration de l’intensité énergétique est évidente à long et à court terme. La figure 1 indique que la production du secteur manufacturier a devancé l’utilisation de l’énergie, menant à une amélioration continue de l’intensité énergétique.


En 2014, le secteur manufacturier a généré 173,2 milliards de dollars en PIB, dollars constants de 2007, et a consommé 2 176,5 PJ d’énergie selon les estimations de la CIE. Pour replacer cela dans son contexte, ce montant est à peu près égal à la consommation d’énergie pour le chauffage et la climatisation des locaux, le chauffage de l’eau, les appareils ménagers résidentiels et l’éclairage de tous les bâtiments résidentiels, commerciaux et institutionnels du Canada en 2013.


Indice de croissance de la consommation d'énergie, du PIB et de l'intensité énergétique dans le secteur manufacturier, de 2009 à 2014

Version textuelle

Figure 1

Indice de croissance de la consommation d’énergie, du PIB et de l’intensité énergétique dans le secteur manufacturier, de 2009 à 2014 - Indice (2009 = 100)

Consommation d’énergie PIB Intensité énergétique
2009 100,0 100,0 100,0
2010 103,5 104,9 98,7
2011 105,1 108,0 97,3
2012 103,2 110,5 93,3
2013 103,3 110,0 93,9
2014 105,0 113,5 92,5

Comme le montre la figure 2, tous les sept sous-secteurs ont connu une diminution de leur intensité énergétique entre 1995 et 2014, mais elle indique une réduction importante de l’intensité énergétique pour les produits minéraux non métalliques (44,5 p. 100), la première transformation des métaux (29,8 p. 100) et la fabrication du papier (26,0 p. 100).

Intensité énergétique dans le secteur manufacturier et les sous-secteurs sélectionnés, de 1995 à 2014

Version textuelle

Figure 2

Intensité énergétique dans le secteur manufacturier et les sous-secteurs sélectionnés, de 1995 à 2014 (MJ/$PIB)

Papier Première transformation des métaux Produits du pétrole et du charbon Produits chimiques Fabrication de produits en bois Fabrication de produits minéraux non métalliques Fabrication d’aliments
1995 99,4 45,9 49,6 24,9 17,4 33,3 5,3
1996 92,0 46,5 50,1 25,2 19,4 31,3 5,6
1997 92,7 44,5 47,4 26,4 16,8 28,7 5,7
1998 93,0 41,3 46,3 27,1 16,1 25,9 5,0
1999 90,1 41,0 48,8 24,4 15,5 27,3 5,0
2000 85,9 37,6 52,7 22,5 14,1 23,6 5,2
2001 85,2 37,4 48,4 20,5 13,6 21,3 4,6
2002 80,9 35,4 51,5 17,9 12,7 21,5 4,6
2003 81,3 36,0 51,5 17,6 12,4 20,1 4,6
2004 82,0 34,0 56,9 19,2 12,4 20,8 4,7
2005 74,7 33,3 50,9 19,2 12,0 19,9 4,8
2006 72,6 33,7 53,7 18,6 13,3 19,4 4,7
2007 71,6 34,1 54,4 19,1 14,4 19,9 4,9
2008 67,6 34,7 53,4 19,9 15,2 17,3 4,7
2009 77,8 37,4 48,3 20,2 16,0 17,6 4,9
2010 72,6 34,9 50,9 20,4 17,0 18,3 4,7
2011 72,8 34,6 50,8 22,6 16,0 21,3 4,7
2012 74,7 32,9 46,7 22,1 16,0 19,7 5,3
2013 75,2 31,3 46,0 22,9 16,8 21,2 5,3
2014 73,6 32,2 45,5 24,2 16,6 18,5 5,1

Le tableau 1 présente ces comparaisons pour chacun des sept sous- secteurs les plus énergivores.

Tableau 1 Comparaison de la consommation d’énergie, du PIB et de l’intensité énergétique dans le secteur manufacturier et les sous-secteurs sélectionnés, de 1995 à 2014
  Changement dans la consommation d’énergie (%) Changement dans le PIB (%) Changement dans l’intensité énergétique (%)
Ensemble du secteur manufacturier -12,7 19,8 -27,1
Papier -41,9 -21,5 -26,0
Première transformation des métaux -6,3 33,5 -29,8
Produits chimiques 14,0 17,1 -2,7
Produits du pétrole et du charbon 3,6 13,0 -8,3
Fabrication de produits en bois 41,3 48,1 -4,6
Fabrication d’aliments 32,6 37,7 -3,7
Fabrication de produits minéraux non métalliques -16,1 51,1 -44,5
Autres sous-secteurs manufacturiers -4,1 16,3 -17,6

Variation de la consommation d’énergie par secteur

Voici quelques-uns des plus grands changements dans les quantités de consommation d’énergie survenus dans les sous-secteurs ayant les plus grandes fluctuations dans la production :

  • La consommation d’énergie dans la fabrication du papier a diminué de 41,9 p. 100 entre 1995 et 2014 (le PIB a diminué de 21,5 p. 100).
  • La fabrication de produits en bois a consommé 41,3 p. 100 plus d’énergie en 2014 qu’en 1995 (le PIB a augmenté de 48,1 p. 100).

Évolution des sources d’énergie

Les sources d’énergie utilisées ont évolué à court terme. Le gaz naturel représente 33 p. 100 de l’utilisation de l’énergie, soit une hausse à compter de 27 p. 100 en 2009, et remplace l’électricité, dont une part s’élevait à 28 p. 100 en 2014, comme principale source d’énergie utilisée pour la fabrication. Le prix du gaz naturel a chuté de 33,4 ¢/m3 en 2008 à 16,5 ¢/m3 en 2013, alors que les prix de l’électricité pour les utilisateurs industriels étaient à la hausse à l’échelle nationale.

Des réductions importantes étaient évidentes dans la consommation de nombreuses sources d’énergie entre 1995 et 2014, en particulier dans la lessive de pâte épuisée, qui est produite et utilisée exclusivement par la fabrication du papier. Ce sous-secteur est en déclin depuis 2005, ce qui pourrait expliquer, du moins en partie, la diminution de l’utilisation de la lessive de pâte épuisée entre 2005 et 2014. Dans la catégorie de produits pétroliers raffinés (PPR), il y a eu des changements notables pour la composition des sources d’énergie (c.-à-d., le mazout lourd et le propane ont diminué de 82,4 p. 100 et de 36,9 p. 100 respectivement, tandis que les distillats moyens ont augmenté de 32,9 p. 100).

Consommation d’énergie dans les sept sous-secteurs, 1995 et 2014

Version textuelle

Figure 3

Consommation d’énergie dans les sept sous-secteurs, 1995 et 2014 (PJ)

Papier Première transformation des métaux Produits chimiques Produits du pétrole et du charbon Fabrication de produits en bois Fabrication de produits minéraux non métalliques Fabrication d’aliments
1995 901,1 503,8 277,5 293,0 108,2 84,9 117,6
2014 523,4 471,9 316,3 303,6 152,9 112,6 98,7
Tableau 2 Consommation d’énergie dans le secteur manufacturier, selon la catégorie d’énergie, 1995 et 2014
Source d'énergie Énergie, 1995 (PJ) Énergie, 2014 (PJ) Croissance de 1995 à 2014 (%)
Gaz naturel 777,8 722,2 -7,1
Électricité 624,7 616,1 -1,4
Charbon 41,3 45,7 10,6
Coke 102,9 77,6 -24,6
Gaz de four à coke 27,4 22,6 -17,5
Coke de pétrole et coke sur catalyseur catalytique 64,6 63,5 -1,8
Total, charbon/coke 236,2 209,3 -11,4
Mazout lourd 139,8 24,6 -82,4
Distillats moyens 17,2 22,9 32,9
Propane 12,3 7,8 -36,9
Gaz de distillation 127,6 X n.d.
Total, PPR* (liquides de gaz naturel inclus) 296,9 X n.d.
Lessive de pâte épuisée 343,6 200,2 -41,7
Vapeur 33,5 47,1 40,7
Bois 178,9 180,6 1,0
Total 2 491,7 2 176,5 -12,7
Remarque : Les chiffres étant arrondis, il est possible que la somme des données ne corresponde pas exactement aux totaux indiqués.
La lettre « X » représente une valeur non dévoilée pour des raisons de confidentialité.
*PPR = produits pétroliers raffinés


Le saviez-vous?*

Depuis l’adoption de la norme ISO 50001 sur les systèmes de gestion de l’énergie au Canada en 2011, les installations industrielles canadiennes ont économisé considérablement d’énergie et jusqu’à 2 millions de dollars par année.

Le Programme d’économie d’énergie dans l’industrie canadienne (PEEIC) soutient un réseau de plus de 2 400 installations et de 50 associations commerciales qui travaillent ensemble pour réduire les coûts, améliorer l’efficacité énergétique et diminuer les émissions industrielles de gaz à effet de serre (GES).

Afin d’encourager et d’appuyer les efforts en matière d’efficacité énergétique déployés par l’industrie canadienne, RNCan offre dans le cadre du PEEIC des outils et des services, notamment des ateliers de gestion de l’énergie Le gros bon $ens par l’Institut canadien de formation en énergie (CIET), des rapports d’analyse comparative, des guides sur les pratiques exemplaires et une aide à frais partagés.

Pour obtenir d’autres renseignements sur la norme ISO 50001 et le PEEIC, consultez le site Web www.rncan.gc.ca/energie/efficacite/industrie/5144.

*Source : Améliorer le rendement énergétique au Canada – Rapport au Parlement en vertu de la Loi sur l’efficacité énergétique, 2013-2015


Pour en savoir plus au sujet de l’enquête sur la CIE et obtenir des détails sur la méthode utilisée pour mener cette enquête, consultez le site Web de Statistique Canada.

Pour une répartition complète de l’utilisation de l’énergie, du PIB et de l’intensité énergétique du secteur et des sous-secteurs sélectionnés, consultez le site Web suivant : oee.rncan.gc.ca/organisme/statistiques/bnce/apd/menus/cie/2014/tableaux.cfm.

Pour de plus amples renseignements sur ce rapport ou les services de l’OEE, communiquez avec :

L’Office de l’efficacité énergétique
Ressources naturelles Canada
580, rue Booth, 18e étage
Ottawa (Ontario) K1A 0E4

Courriel : nrcan.statisticsandanalysis-statistiquesetanalyses.rncan@canada.ca

Site Web : www.rncan.gc.ca/energie/efficacite


  1. Pour une liste des 21 sous-secteurs, voir SCIAN Canada 2012 (31-33 – Fabrication).
  2. Ressources naturelles Canada, Base de données complète sur la consommation d’énergie, 1990-2013, secteur résidentiel.